ACTUALITES

Pour amener les Organisations de la Société Civile à mieux s’investir dans la veille citoyenne pour un développement à la base, le Réseau Social Watch Bénin a obtenu une subvention de la coopération suisse au Bénin pour le compte du Programme REDEVABILITE.

Dans le cadre de la mise en œuvre dudit Programme, Social Watch Bénin envisage la sélection d’un Cabinet ou d’un Consultant ayant une expertise avérée dans le domaine du développement, pour l’élaboration de la stratégie d’interpellation de Social Watch Bénin.

Les consultant-e-s intéressé-e-s proposeront une offre technique et financière pour la réalisation de cette mission.

- L’offre technique doit comporter la compréhension de la mission, la méthodologie proposée, le chronogramme détaillé, la présentation de l’équipe de consultant ou de la structure.

- L’offre financière (Une offre financière détaillée présentant le montant global de la proposition en HT et en TTC.

Le dossier complet devra parvenir ou être déposé à la réception au siège de Social Watch Bénin sis au quartier Jéricho, à 100 m en rentrant dans la rue de la Station SONACOP DOVONOU qui est en face de la Pharmacie le Nokoué, carré 487, maison IBIKUNLE Latifou à Cotonou le 25 mai 2018 à 10h00 (heure locale) au plus tard, sous plis fermés. 

 

NB :  cliquer sur TDR  pour télécharger les termes de référence de l'activité,  ou passer au secrétariat exécutif du réseau Social Watch Bénin.

Lire l'article

Avis de consultation ouvert redevabilité

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet « Veille citoyenne du Programme d’Action du Gouvernement » financièrement appuyé par Open Society Initiative for West Africa (OSIWA), le réseau Social Watch Bénin a organisé le vendredi 11 mai 2018 à Bénin Royal Hôtel un forum sur l’Open Budget et le processus d’adhésion du Bénin à l’Open Government Partnership (OGP).

Examiner la mise en œuvre de l’Open Budget au Bénin afin de contribuer à son amélioration d’une part, et faire l’état des lieux du processus d’adhésion du Bénin à l’Open Government Partnership d’autre part. Tels sont les objectifs du forum organisé par Social Watch Bénin et auquel ont pris part aussi bien des représentants du gouvernement, des responsables d’institutions de la République, des chefs de missions diplomatiques que des membres d’organisations de la société civile.

Dans son allocution de bienvenue aux participants du forum, Mme Blanche Sonon, présidente de Social Watch Bénin, a mis l’accent sur l’intérêt que son institution accorde aux données ouvertes vu leur importance pour la recherche scientifique, la croissance économique et l’amélioration de la gouvernance dans un pays. C’est pourquoi, souligne-t-elle, « Social Watch ne saurait laisser passer l’occasion de l’Open Gov Week 2018 sans chercher à connaître l’état des lieux des actions menées par les autorités béninoises en faveur de l’Open Data en général et de l’Open Government Partnership (OGP) en particulier et de faire, à l’endroit du Gouvernement, le plaidoyer nécessaire ».

Pour finir, elle a  souhaité voir les gouvernants plus attentifs aux besoins d’informations pour mieux comprendre les actions de développement entreprises dans l’intérêt des populations à la base.

Pour SEM Kiyofumi KONISHI, Ambassadeur du Japon près le Bénin, qui s’est réjouit de l’organisation d’un tel forum, l’ouverture des données est un indicateur de transparence et de redevabilité dont son pays tiendra de plus en plus compte pour accompagner les projets de développement au Bénin.

Quant à M. Rufino d’Almeida, directeur de cabinet du ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, il a rassuré l’assistance de la volonté du gouvernement à diffuser les données publiques et souligné les efforts faits en ce sens. A cet effet, il cite l’élaboration du budget citoyen, la publication du budget de l’Etat et des marchés publics et promet pour très prochainement la publication de l’exécution du budget de l’Etat.

Deux panels portant l’un sur la transparence budgétaire et l’autre sur l’Open Government Partnership ont retenu l’attention des participants au forum. En effet, au niveau du premier panel, les résultats de l’enquête IBP de 2017 ont été présentés par M. Dieudonné Houinsou, secrétaire exécutif de Social Watch avant que M. Pierrot Sego aborde les progrès réalisés par le Bénin et les défis à relever. La question de la justice financière, une préoccupation de tous les participants, a été développée par l’ancien Président de la Chambre des Comptes de la Cour Suprême, M. Maxime B. Akakpo qui note que des efforts restent à fournir pour y parvenir.

Le second panel a été l’occasion pour M. Teg-Wende Idriss Tinto, membre de Open Knowledge du Burkina Faso de partager avec l’assistance l’expérience du Burkina Faso quant à son adhésion à l’OGP  et de faire le point, avec M. Romel Hazoumé de l’agence des services et systèmes d’information, des efforts consentis par le gouvernement pour une ouverture des données au Bénin.

Lire l'article

Ouverture des données publiques au Bénin: Social Watch Bénin plaide pour son effectivité

Social Watch Bénin, après plus d'une décennie de veille citoyenne, le réseau Social Watch Bénin dirigé par un conseil d’administration respecte les textes qui les régissent en organisant son assemblée générale élective. Ce samedi 24 mars 2018 s'est tenue dans la salle de conférence de l'hôtel KTA la neuvième assemblé générale ordinaire du réseau pour le renouvellement des membres de son Conseil d'Administration pour le compte de la cinquième mandature.

Le réseau Social Watch Bénin est effet un réseau d'organisations de la société civile béninoise et est membre de Social Watch International depuis 2005. Le 18 mars dernier, le réseau totalise 13 ans d’existence et d'expérience en restant fidèle à sa mission : faire le suivi des politiques de développement (OMD/ODD) par le contrôle citoyen de l’action publique (CCAP). 

De façon effective les Ong membres ont répondu présentes à l’AG qui a maintenu chacune d’elle fixée sur les idéaux communs, bonne gouvernance et travail communautaire bien fait. Dans une atmosphère sereine, l’assemblée générale a régulièrement élu la nouvelle équipe devant conduire les destinées du réseau pendant les trois prochaines années. Dans une sérénité comparable à une messe chrétienne, l’élection avec ses étapes se sont déroulées normalement. 

le nouveau visage de Social Watch Bénin se présente comme suit : 

  • Présidente Blanche SONON : du WILDAF BENIN avec 50 suffrages sur 67 exprimés; 
  • Vice-Président :Victor GBEDO de DCAM-BETHESDA
  • Secrétaire Général : Rigobert OROU GANNI  du GSAT- ONG
  • Secrétaire Général Adjoint : Franck SEDJRO de GRANDI ONG 
  • Trésorière Générale : Pascaline GBAGUIDI FAGNINOU du BACAR ONG
  • Trésorier Général Adjoint : Flore Emma MONGBO de ONG SIN DO
  • Responsable à l’Organisation : Yves ALIHONOU de WYLCLIFFE ONG
  • Responsable à l’Equité Genre : Doris AGBOTON de RACINES ONG
  • Responsable à l’Information  : Abel GBETOENONMON du Réseau JEB
  • AZ Alibori: Michel MONZORGUI de Bu-Ban FAABA
  • AZ Atlantique : Franck ADANMADO de ASSOPIL ONG
  • AZ Borgou : Bio MAMADOU de EEB
  • AZ Donga: Razack AKAKOU de ANYAN-ONG
  • AZ Atacora : Fati AMOUSSOU de GRADED ONG
  • AZ Couffo : Antoine FANDEGLA de RADD
  • AZ Colline : Glorias IROKO de APRODEF-LTM
  • AZ Ouémé : Isidore HEDOKINGBE  de VADID ONG
  • AZ Plateau : Abiodoun Janvier ADEBOLA de ESPOIR ONG
  • AZ Mono : Arsène Cocou DOSSOU de APRETECTRA
  • AZ Zou : 
  • AZ Littoral : Camille YABI du GBEEB

Dans le but de provoquer des changements politiques favorables au développe-ment socio-économique et politique, tout en ayant les yeux rivés sur sa vision : d’ici à l’horizon 2020, Social Watch Bénin se veut être un Réseau de Contrôle Citoyen de l’Action Publique affermi, aux plans local, national, régional et international à travers la surveillance  des politiques de développement économique, social et le suivi participatif des ODD.

Mot de Blanche SONON : Présidente élue

« À la suite de de ces résultats, je suis animée par un cocktail de sentiments de joies et d'émotions, dans la mesure que c'est maintenant que le dur commence. Je sais compter sur les membres et je crois qu'ensemble nous allons relever les défis. » Blanche SONON émue de sa brillante élection. 

Profil de la Présidente

Juriste de profession et consultante indépendante en genre et développement, Blanche SONON entend renforcer au rayonnement du réseau Social Watch Bénin au plan national, régional et international. Comme défis à relever pour son nouveau challenge, la représentante de WILDAF, compte remettre les membres du réseau au Centre de la mise en œuvre des projets et actions, cultiver le membership, reddition de compte qui implique le respect par les membres des obligations synallagmatique: Droits et Devoirs ; envisager ensemble à doter notre association d'un siège afin de confirmer sa grandeur au niveau régional, national et international.

Lire l'article

Le nouveau visage du réseau Social Watch Bénin, Blanche SONON du WILDAF élue Présidente

Gustave ASSAH et Dieudonné HOUINSOU lors de la lecture de la déclaration

Mesdames et Messieurs,

L’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC)  s’est prononcée le 15 Mars 2018 sur un cas flagrant de passation irrégulière de marché public au ministère du cadre de vie et de Développement Durable.

Dans cette sortie, on a pu constater avec consternation et tristesse :

1.     que de graves dysfonctionnements sont apparues dans le marché relatif à l’acquisition de 23 véhicules pick-up, de 84 motos d’intervention et d’un lot de pièces de rechange pour un montant d’environ 1 milliard de francs cfa au profit du ministère du Cadre de vie et du développement durable ;

2.     que quatre (04) entreprises ont soumissionné à l’appel d’offres. Sur le lot 2 du dossier d’appel d’offres (acquisition de 84 motos cross Honda 125 cl),  trois (03) soumissionnaires ont proposé de livrer la moto à un prix unitaire supérieur à 5 millions de francs cfa hors taxe et un (01) soumissionnaire a proposé de livrer la même moto à un prix unitaire un peu plus de 900 mille de francs cfa hors taxe ;

3.     que curieusement, le marché a été attribué à l’entreprise « Les Bagnoles Motors » qui a proposé de livrer la moto à un prix unitaire de 5.142.121 francs cfa hors taxe alors que selon le référentiel des prix du ministère de l’économie et des finances, le prix minimum d’achat de la marque de moto indiquée est de 975 mille francs cfa et le prix maximum est de 1,625 millions de francs cfa ;

4.     que le représentant du concessionnaire Honda a fait savoir que la version améliorée de ce type de moto est disponible dans ses magasins à un prix unitaire de 1,375 millions de francs cfa hors taxe ;

5.     que se basant sur les informations  du concessionnaire, « La différence de prix par moto est de 3.767.121 francs cfa » et pour les 84 motos, l’action de l’Anlc dans ce dossier permettra d’économiser dans les caisses de l’Etat plus de 316 millions de francs cfa que sur le lot 3 (acquisition de lot de pièce de rechange), une économie de plus de 12 millions ;

6.     que saisie par le ministre de l’économie et des finances, l’Autorité de régulation des marchés publics au Bénin a suspendu de toutes activités de passation de marché public au Bénin pour une période d’un (01) an, Constant Godjo, personne responsable de passation de marché public du ministère du Cadre de vie et de développement durable. Les autres membres de la cellule de passation de marché public dudit ministère ont également écopé d’une suspension de 6 mois ;

7.     que le marché concerné par ses irrégularités est relatif au projet de gestion des forêts et terroirs riverains, le tout d’un montant global d’environ 1 milliard de FCFA.

Mesdames et Messieurs,

Il apparait clairement  de cette sortie de l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption que de graves irrégularités sont constatées dans le cadre de ce marché. Il s’agit entre autre de :

·        surévaluation de la valeur ou le prix de vente d’un bien ;

·        Abus de fonction ;

·        Corruption dans la passation des marchés publics.

Les irrégularités ainsi constatées  par l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC)   constituent à ne point en douter des infractions au titre des articles 46, 53, 107 à 110 de la loi N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin.

Que selon la loi N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin.  « Toute personne physique ou morale, commerçante ou non, responsable ou non, qui de commun accord avec tout agent public aura surévalué la valeur ou le prix de vente ou de location d’un bien, d’un service ou d’une fourniture par rapport au prix couramment pratiqué, aura commis le crime de détournement de deniers publics prévu à l’article 45 ci-dessus, est punie d’une peine de réclusion criminelle à temps de dix (10) ans à vingt (20) ans et d’une amende tout au moins égale au triple de la valeur des sommes dissipées.

L’agent public qui aura participé à cette surévaluation est puni des mêmes peines.

Que la même loi dispose  que « Toute personne physique ou morale, tout directeur, qui de commun accord avec les dirigeants de structure ayant une mission d’intérêt public, aura participé à cette surévaluation sera punie des mêmes peines.

Est puni d’un emprisonnement de cinq (05) ans à dix (10) ans et d’une amende d’au moins deux millions (2 000 000) de francs sans que cette amende puisse excéder cinq millions (5 000 000) de francs :

- tout agent public qui aura intentionnellement abusé de ses fonctions ou de son poste, en accomplissant ou en s’abstenant d’accomplir, dans l’exercice de ses fonctions, un acte en violation des lois afin d’obtenir un avantage indu pour lui-même ou pour une autre personne ou entité » ;

qu’en cette matière et en dehors des sanctions administratives prise par l’Autorité de régulation des marchés publics au Bénin, il urge que le procureur de la République soit saisie comme l’exige les textes en vigueur afin qu’une enquête soit ouverte pour conforter la volonté du Chef de l’Etat, le Président de la République, Monsieur Patrice TALON dans cette lutte courageuse qu’il mène contre la corruption et la lutte contre l’impunité. 

A ce sujet, le Réseau Social-Watch Bénin félicite l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC)   pour cette sortie et l’invite à assumer sa mission en saisissant le procureur de la République comme lui recommande la loi N° 2011-20 DU 12 OCTOBRE 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin. 

De même, le réseau Social-Watch  Bénin voudrait par cette occasion inviter le procureur de la République à ne pas attendre sa saisine  par l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) avant d’engager cette procédure comme il sait bien le faire.

Mesdames et Messieurs,

Le chef de l’Etat béninois au cours de sa visite  en France  et lors de  la Conférence de presse  avec le Président MACRON a montré devant la face du monde sa détermination dans le difficile combat qu’il mène contre la corruption et l’impunité. Le Président  de la République Patrice Talon a affirmé que «  Sur la lutte contre la corruption, je ne lâcherai pas prise ».

Le présent dossier qui est le tout premier que l’ANLC annonce dans le cadre de sa gestion reste pour tous les béninois un premier test pour la concrétisation de cette volonté de lutter réellement contre la lutte contre la corruption et l’impunité.

Pour appuyer cette volonté de notre Président de la République, le Réseau Social-Watch Bénin informe le peuple béninois que dans le cadre de ce dossier et en application de l’article 6 de son statut, qu’il s’engage à  exercer  les droits reconnus à la partie civile dès que la procédure sera ouverte par le Ministère public conformément à l’article 2  de la loi n° 2012-15 du 18 mars 2013 portant code de procédure pénale en République du Bénin.

A travers cette constitution de partie civile dans le dossier, le réseau Social Watch Bénin entend défendre  les intérêts collectifs des béninois pour la gestion saine de nos deniers publics qui sont constitués des impôts payés par les béninoises et béninois.

Mesdames et Messieurs

Social Watch-Bénin, se dit profondément préoccupé par ce scandale de plus, qui vient enténébrer le ciel déjà très nuageux des conditions de sécurité et de régularité des marchés publics  au Bénin.

La situation que vit la population béninoise en ce moment exige de nos dirigeants une gestion rigoureuse et transparente des maigres ressources de notre pays.

Dans le souci de poursuivre de manière inlassable et en toute objectivité, son rôle de veille citoyenne, par la promotion de la bonne gouvernance, de la transparence, de l’intégrité et de la reddition des comptes, le Réseau Social Watch Bénin salue le courage dont ont fait montre l’ANLC et son Président dans la bonne conduite des présentes investigations, qui viennent de mettre à nue cette pratique honteuse par laquelle, les ressources du pays sont siphonnés sans aucun scrupule et mettant ainsi à rudes épreuves la bonne santé de notre économie.

Acquérir au Bénin en plein nouveau départ une moto à un prix unitaire de 5.142.121 francs cfa hors taxe alors que selon le référentiel des prix du ministère de  l’économie et des finances, le prix minimum d’achat de la marque de moto indiquée est de 975 mille francs cfa et le prix maximum est de 1,625 millions de francs cfa constitue à ne point en douter un crime contre le peuple béninois qui souffre en ce moment contre la vie difficile et la pauvreté.

Le  Réseau Social Watch Bénin invite le pouvoir judiciaire  a pleinement jouer sa partition en vue de rassurer ce peuple dans cette lutte contre la corruption et l’impunité.

Le Réseau Social Watch Bénin apporte par la même occasion, son soutien indéfectible à la détermination de l’ANLC dans sa lutte contre la corruption dans notre pays, exige la prise de sanctions contre tous les auteurs de ce scandale et demande au Président de la République, Monsieur Patrice Talon d’engager la responsabilité du ministre en charge de ce département dès que les graves accusations qui pèsent sur lui et sur ses collaborateurs seront confirmées.

Je vous remercie.

Social Watch Bénin

Dans le cadre de son Action  " Les Citoyens dans les Marchés Publics au Bénin (CMPB)"

Gustave ASSAH

Président

Lire l'article

Fraude dans l’acquisition de moyens roulants au ministère du Cadre de vie, Social Watch Bénin apporte son soutien à l’ANLC et réclame des sanctions judiciaires contre les mis en cause

Les OSC exigent la désignation et l'installation des membres du Cos-Lepi

Social Watch Bénin à travers son Président Gustave Assah, entouré d’autres responsables d’organisations de la Société civile, dans leur rôle de veille citoyenne, ont attiré l’attention de la population sur la ‘’non-désignation’’ des membres du Cos-Lépi par le parlement. C’est à travers une déclaration rendue publique, ce mardi 20 février 2018 à la maison de la société civile à Cotonou, que la société civile a rappelé à l’assemblée Nationale en occurrence son président, Me Adrien Houngbédji, la nécessité de désigner les membres du Parlement devant siéger au Cos-Lépi, tels qu’indiqués par la décision de la Cour constitutionnelle et le Code électoral.

Suivie d’une pétition en ligne la déclaration des organisations de la Société civile (Osc) a été prononcée par Social Watch Bénin avec la participation de Amnesty international Bénin, Wanep-Bénin et Changement social Bénin. Ces Osc appellent à la désignation, le plus tôt possible, des membres du Parlement devant siéger au Conseil d'orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi). 

Lire l’intégralité de la déclaration ici

Afin d’éviter au Bénin de faire face à cette situation, les Osc aux termes de la déclaration ont lancé une pétition pour la collecte de signatures afin de démontrer tant au pouvoir législatif qu'au pouvoir exécutif, l’appel populaire à se conformer au Code électoral et à la décision de la Cour constitutionnelle.

Signez et faites signer la pétition ici

Les médias en parlent. La revue de presse ici

Le reportage de Canal 3

 

Lire l'article

Non désignation des membres du Cos-Lépi: Social Watch Bénin et ses pairs lancent une pétition

 

Bénin: taches noires dans la gestion de Talon, selon la société civile

Des organisations de la société civile béninoise (OSC), et pas des moindre, sont montés au créneau pour passer au crible la gouvernance du Président Patrice Talon, étaient ce 31 janvier 2018 à la salle de conférence de la Maison de la Société Civile à Cotonou pour dénoncer certaines insuffisances du gouvernement de la rupture.

https://www.banouto.info/article/politique/20180131-bnin-taches-noires-gestiontalon-socit-civile/

Situation socio-politique au Bénin : Social Watch, Amnesty International et Changement social s’en préoccupent

Compte tenu de la situation socio-politique actuelle du Bénin jugée très préoccupante, du fait des inquiétudes des Béninois,  les organisations de la société civile que sont le réseau Social Watch, le Wanep, Changement social du Bénin (Csb),  sont montées au créneau. À travers un point de presse tenu hier, mercredi 31 janvier 2018, à la Maison de la société civile à Cotonou. Elles ont exprimé leur préoccupation et appellent à la conscience individuelle et collective de tous les acteurs politiques détenteurs de pouvoir.

http://matinlibre.com/index.php/societe/item/14261-social-watch-wanep-et-changement-social-sen-preoccupent

Lire l'article

Revue de presse Social Watch Bénin sortie médiatique 31 janvier 2018

NOS RESSOURCES

Plate-forme CMPB

Plate-forme VBG

Social Watch Bénin Apps

Agenda

Vidéo